Spa Rally – Et l’élu est… Cédric Cherain !


  • Publié le lundi,20 mars , 2017 á 6:59 | Dans la catégorie : Actualités, BRC, Historic, Peugeot, Rallye, Škoda, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Spa Rally – J2 – Tant que la ligne n’est pas franchie, il n’y a aucune course de gagnée. Une phrase, une réflexion si souvent entendue… Et pourtant en ce début d’année, autant dire que l’adage est malheureusement souvent démontré par les leaders d’épreuves. C’est le cas avec Neuville en WRC et ce week-end par Abbring et surtout Princen en BRC.
    Solide et autoritaire leader, Kevin Abbring était en passe de redorer le blason à la Peugeot 208 T16 R5. Possédant 20s d’avance sur Princen, il arrivait bien trop vite dans un virage droit dans la spéciale de Wanne et de tirer tout droit dans le talus. La 208 tape de 3/4, rebondit et retombe lourdement sur la roue arrière droite. Cela ne dure qu’un instant et le temps de remettre la mécanique en marche, voilà le Néerlandais reparti de plus belle. Ce n’est hélas qu’illusion puisque quelques kilomètres plus loin, c’est la crevaison, roue complètement explosée qui sanctionne définitivement sa course en tête.
    Reprenant le leadership, Kris Princen se retrouve dans une position encore plus confortable avec un boni de 46s sur Cherain. Le pilote Skoda n’a dès lors plus qu’à gérer pour s’en aller cueillir à nouveau les lauriers d’une victoire qui lui sourit.
    Sauf que nous sommes, à ce moment, qu’à la mi-course. Et que Cédric Cherain est loin d’avoir renoncé. Ayant abordé ce one-shoot avec un état d’esprit différent, le voilà en mode confiance et décide d’attaquer. Preuve en est avec une série de 4 deuxième chronos depuis le matin, alors que Princen, certes signe 2 scratchs, mais perd surtout la moitié de son avance sur la Citroën dans l’ES7 alors qu’il comptait au départ de cette seconde journée plus d’une minute sur le Fléronais.
    C’est cependant toujours jouable.
    La menace pourtant se précise car Cherain aligne alors les meilleurs temps dans les ES 10, 11 et 12, comblant ainsi la moitié de son retard !
    Revenant à 28,2s au moment de se lancer dans la dernière boucle, on se dit que ce serait l’impossible exploit et que seul un incident peut tout faire basculer.
    Et Princen l’a bien compris puisqu’il ne rend que 2/10ème dans la 13ème spéciale à un Cherain qui en veut toujours plus. Et ce petit jeu va se poursuivre dans les 14 et 15ème spéciales puisque ce dernier y signe à nouveau les scratchs devant le leader. Le trou n’est plus que de 20,9s à l’entame de la dernière spéciale. Autant dire que c’est course gagnée pour Princen.
    Sauf que… Entretenant un large travers, la roue arrière de la Skoda mord dans le talus, le cul du bolide descend dans le fossé avant de se faire éjecter lorsque la roue se fait cale qui fait pivoter l’auto qui retombe sur le toit !
    On est à quelques kilomètres de l’arrivée… Cherain passe juste à côté de son rival qui commence à se remettre de ses émotions. Il vient, il sait qu’il vient de remporter le Spa Rally !
    À l’arrivée, c’est presque gêné qu’il annonce la sortie du leader et se confond en excuses et regrets. Avouant même de ne pas savoir si il avait bien fait de poursuivre ou de s’arrêter. Pourtant, la réalité est là, les faits sont là et d’hériter une victoire qu’il ne pouvait effectivement logiquement pas revendiquer, même si au niveau performance pure, ce samedi a été pour lui avec ses 7 scratchs sur 12 possible.
    Un podium qui se complète de Benoît Allart qui s’est montré très raisonnable au volant de sa Skoda Fabia. Se souvenant de sa bévue à l’Haspengouw, il a roulé en-deçà de ses capacités et de finir l’épreuve sur la seconde marche, mais à 6 min du vainqueur. Une place qu’aurait pu convenir à Vincent Verschueren, lui aussi sur Skoda Fabia, puisqu’il avait écopé de 3 min de pénalité suite à son tour de trop dans l’ES show de l’Eau Rouge dès le premier jour. Reparti 12ème au matin, il aura la satisfaction d’avoir effectué une très belle remontée !
    Ce podium est aussi le reflet d’un Spa Rally exigeant, qui n’a fait aucunes concessions aux participants. Et la pluie soutenue du samedi n’a en rien arrangé les choses. Sont restés sur le carreau : Cédric De Cecco (Peugeot 208T16 R5-moteur), Mickael Albert (Skoda Fabia WRC-allumage), Adrian Fernémont (Ford Fiesta R5-flexible de freins), Chewon Lim (Hyundai i20 R5-biellette cassée), Guillaume Dilley (Skoda Fabia R5-double crevaison), Mélissa Debackere (Skoda Fabia R5-roue arrachée), Guino Kenis (Mini JCW-flexible de freins), Pieter-Jan Maeyaert (Ford Fiesta R5-sortie), Kevin Demaerschalk (Citroën DS3 R5-soucis électroniques)… Qui a dit : jeu de massacre ?
    Régulier, Armand Fumal finit au pied du podium au volant d’une Citroën DS3 R5 dont il poursuit l’apprentissage. Un peu plus de mordant et il pourra vraiment jouer le top 5 à chaque fois.
    En relisant, l’article de présentation jusqu’au bout, on se dit que finalement, auto-center.be était vraiment dans le bon en annonçant en filigrane le vainqueur et sa suite ainsi qu’une Porsche aux portes du top 5.
    En fait, Fred Bouvy a fait mieux que de nous donner raison en ouvrant carrément la porte et de décrocher une magnifique 5ème place. Une place qui vaut une victoire quant on sait que le préparateur, Laurent Le Millin ne sera aidé à l’assistance que de Tony Luciano et ce pour deux bolides (il y avait aussi la Ford Escort MkI) ! L’exploit est aussi chez les hommes de « l’ombre ». Le duo Bouvy-Hottelet remporte de plus la catégorie GT avec une assurance déconcertante puisque son second, Claerhout est certes 6ème, mais à 3min 48s de celui-ci.
    Très, très, très belle performance des « petits cubes » avec à la 7ème place du général et premier de classe, Bastien Rouard et sa Citroën DS3 R3T, et la 8ème de Romain Delhez, également premier de sa classe et superbe vainqueur chez les Juniors, au volant de l’Opel Adam R2 ! Ils se permettent de devancer la Porsche de Marc Duez, pas exempt de quelques soucis, et, là aussi toutes nos félicitations, la VW Golf pilotée par… Aurélie Dehaye !
    Félicitations aussi à l’opiniâtreté des équipages Colin-Driesen et Fontaine-Blaise. Les premiers pour avoir porté au plus haut de leur possibilité le logo des Cliniclows au volant de leur Peugeot 106 S16. Une boîte cassée vendredi, reparti en SuperRally le samedi, ils crevaient à deux reprises mais finissaient vaillamment à la 27ème place du général. Quant à Fontaine et Blaise, c’est au bord de la crise de nerf (lol) qu’ils ont enfin pu démarrer leur rallye le samedi matin, également en SuperRally. En effet, une cosse défectueuse a mis à mal leurs nerfs et ceux de son préparateur juste au moment d’aller vers le podium de départ. Tout est bien qui finit bien ! (photos T Henssen / POM Pictures of Motorsport)


    Classement final
    Pos
    Équipage
    Véhicule
    Dif 1er
    12Cherain / DelmelleCitroën DS3 RRC (RC2 S 2000 1,6)
    23Allart / FernandezSkoda Fabia R5 (RC2 VR5)+06:02.0
    346Verschueren / HostensSkoda Fabia R5 (RC2 VR5)+07:07.1
    412Fumal / LouetteCitroën DS3 R5 (RC2 VR5)+07:46.1
    513Bouvy / HotteletPorsche 997 GT3 (RGT GTP24)+08:45.6
    618Claerhout / VandeputtePorsche 997 GT3 (RGT GTP24)+12:33.6
    720Rouard / DelhayeCitroën DS3 R3T (RC3 VR3T)+14:32.5
    824Delhez / BolletteOpel Adam (RC4 VR2B)+14:56.7
    969Duez / LeyhPorsche 997 GT3 (RGT GTP24)+16:28.8
    1050Dehaye / GullyVW Golf 3 KC (NCM M15)+18:50.1
    1130Goblet / MonjoieFord Fiesta R2 (RC4 VR2B)+19:45.5
    1237Vanbellingen / VanrijkelenMitsubishi Lancer Evo X (RC2 N4)+20:23.6
    1357Beaufort / BrouirRenault Clio (NCE E11)+21:14.3
    1426Dewallef / ServaisOpel Adam (RC4 VR2B)+21:46.1
    1528Vauterin / DeclerckPeugeot 208 r2 (RC4 VR2B)+23:02.3
    1660Munster / JaletOpel Adam (NCM M13)+23:10.7
    1756Delvaux / ServaisRenault Clio (NCE E11)+27:32.0
    1849Gilain / DeloozFord Fiesta R200 (NCM M14)+28:57.9
    1962Henrard / ThomasPeugeot 106 GTI (NCM M14)+29:12.7
    2054Orban / ContentRenault Clio (NCM M15)+33:05.4
    21100Lejeune / DefournyBMW 325i E30 (NCM M16)+35:17.8
    2265Lauer / MüllerCitroën DS3 R1 (RC5 VR1B)+37:10.1
    2361Blaise / CabronCitroën Saxo VTS (NCE E10)+37:21.2
    2458Fagnant / HenryRenault Clio (NCM M15)+38:50.6
    2548Bouillon / De PreterFord Fiesta R200 (NCM M14)+39:41.5
    2638Destrument / MarcheMitsubishi Evo IX (RC1 A8)+45:07.9
    2764Colin / DriesenPeugeot 106 S16 (NCE E10)+46:06.1
    2827Degeer / LemaireCitroën C2 (RC4 VR2B)+50:36.7
    2931Fontaine / BlaiseCitroën C2R2 (RC4 VR2B)+53:06.7

    , , , , , , , , , , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • BRC 2.9 Spa Rally – Allart vainqueur bien malgré lui… et ce n’est pas fini !
    Décidément, rien n’est logique en Belgique. Alors qu’on vous relatait la cocasse situation de l’homologation de pneus Pirelli et...
  • BRC 2.9 Spa Rally – Un « pneu » de sérénité, svpl !
    Reportage – Ah les réseaux sociaux ! C’est comme en et pour toute chose, en bien et en mal....
  • BRC 2.9 Spa Rally – La démonstration d’Abbring
    Spa Rally – Jour 1 – On l’attendait, certains l’espéraient, mais finalement la pluie a été la grande absente...
  • BRC 2.9 Spa Rally – Beaucoup d’appelés, un élu !
    Spa Rally – Avec 63 engagés en BRC, soit le championnat des modernes, le Spa Rally réalise un beau...
  • Les commentaires sont fermés.