Opel et UR:BAN : rendre la conduite en ville plus sûre et plus efficace


  • Publié le jeudi,15 mai , 2014 á 6:03 | Dans la catégorie : Marque, Opel

    Par Patrick Hayot

  • Si il n’est pas encore question de la conduite autonome à 100%, le projet UR:BAN (systèmes d’aide orientés vers l’utilisateur et la gestion de réseau) en est une base dont l’environnement est la ville. Parmi les 31 acteurs de celui-ci, Opel en dévoile une partie. C’est aussi intéressant qu’interpellant. Que ce soit de la part d’Opel ou d’autres marques.
    N’étant pas opposé à la technologie, il faut bien reconnaître que le fait de pouvoir rouler en toute sécurité, que l’on soit au volant ou usager faible dans le cas qui nous intéresse, est une bonne chose. Chez Opel, les ingénieurs en charge de ce « sujet » ont mis au point une caméra intelligente qui scane votre trajet, et si d’aventure l’accident se révélait probable, l’auto irait freiner dans l’espace libre de la chaussée afin d’éviter l’impact.
    De même, c’est notre comportement au volant qui est analysé. Non seulement où se pose notre regard, mais également notre façon de conduire bien entendu, mais ce que l’on fait dans la voiture. Ainsi, si vous changez par exemple la fréquence de votre radio et qu’à ce moment, un piéton surgit entre deux voitures, c’est ce système (Assistance cognitive) qui « gère » la situation… vous évitant ainsi d’écraser ledit piéton. Ce système réagit aussi dans le cas d’une voiture.
    L’étude porte également sur le trafic en lui-même. Via un système wi-fi, l’auto dialogue avec les divers capteurs-émetteurs sités aux carrefours par exemple et ce grâce au programme « Système de circulation connecté » et si rien n’est détecté, il vous indique de poursuivre votre route sans pour autant s’arrêter et donc de produire une certaine polution lors de votre redémarrage. De quoi supprimer, c’est plausible, les feux de circulation !
    De revenir au 3ème secteur de recherche, le facteur humain. Opel va loin dans ce domaine puisqu’il s’agit de prédire le comportement et la reconnaissance des intentions du conducteur.
    Un algorithme est en cours de développement et basés sur des essais approfondis. De multiples enregistrements de données de tests ont montré que, avant qu’une manœuvre intervienne, tous les conducteurs adoptent des types de comportement spécifiques et que le véhicule enregistre des mouvements transversaux et longitudinaux typiques. Plus de 50 bénévoles ont ainsi parcouru un itinéraire déterminé sous étroite surveillance, au cours duquel ils devaient faire face à des situations inattendues et entreprendre les manœuvres qui en résultaient.
    Si le système détecte que le conducteur peut réduire seul le risque de situation difficile, il peut retarder ou supprimer l’alerte destinée au conducteur. Ouf, notre honneur de conducteur responsable est sauf ! (source / photo Opel)

    , ,

    La rédaction vous propose...

  • Volvo Cars et Uber : prêt pour la conduite autonome
    Technologie – L’accord conclu en 2016 entre Volvo Cars et la société de VTC Uber porte ses fruits puisque...
  • Mercedes-Benz Experimental Safety Vehicle 2019
    Conduite autonome – Avec son ESF 2019, Mercedes-Benz fait un pas de plus vers le véhicule à conduite autonome....
  • Toyota TRI-P4 dévoilée au CES
    CES – Los Angeles – Même si c’est bien une Lexus LS 500h qui sert de support, c’est bel...
  • BMW présentera l’avenir du plaisir de conduire et le potentiel de la connectivité
    Salon CES (Consumer Electronics Show) – Technologie – Dans la ville qui ne dort jamais, BMW va en mettre...
  • Les commentaires sont fermés.