Imperia : même pas née et déjà morte !


  • Publié le dimanche,27 décembre , 2015 á 4:57 | Dans la catégorie : Actualités, Bruxelles

    Par Patrick Hayot

  • La société mise sur pied par Yves Toussaint pour faire renaître la marque belge Imperia est en passe d’être reprise… Ce qui lui permet d’éviter la faillite pure et simple grâce au sursis donné par le Tribunal de commerce cette semaine puisqu’il y a des candidats repreneurs.
    Deux sont sur les bancs, le carrossier Carat Duchatelet et le chef d’entreprise spécialisé dans l’économie verte, Laurent Minguet.
    Mais à chacun sa spécialité puisque le premier reprendrait la marque automobile Imperia, le second reprendrait Green Propulsion, soit le bureau d’étude et surtout le savoir-faire et l’expérience dans le domaine de l’hybride.
    Comme on le voit, Imperia et Green Propulsion sont proches et le fait de manquer de liquidité fait tomber les deux.
    Pouvait-on éviter ce gâchis ?
    Non ! Et dès la naissance, même si on y a cru, on a bien vite compris que la structure n’y était pas. Que les intérêts personnels en terme de management, développement et construction n’étaient pas forcément ceux pourtant annoncés.
    Mais revenons en 2008 puisque c’est le 2 février que la résurection de la marque Imperia est annoncée après avoir obtenu auprès de l’OBPI (Office Bénélux de la Propriété Intellectuelle) le droit d’exploiter l’ancienne marque, ainsi que sa représentation visuelle.
    La réalité pourtant est en avance car dès le mois d’août 2007, le châssis tubulaire répond parfaitement aux normes européennes en vigueur et rencontre l’approbation de la FIA (Fédération Internationale Automobile).
    Génial, se dit-on, puisque la base est déjà conforme. Et cela va de mieux en mieux puisque le système de propulsion électrique est validée le 26 mai 2008. Tous les feux sont au vert !
    Tant et si bien que le département commercial enregistre pas moins de 160 intentions de commande 3 mois plus tard. Au prix de 85.000,00 l’unité, on est à l’aube d’une « succes story ».
    Et ça se poursuit avec la publication de la liste d’options (4 packs) en septembre 2008.
    Imperia GT a donc tout pour elle et son apsect néo-rétro fait mouche auprès d’une clientèle qui croit en cette hybride essence à moteur 2 litres V4 de 125 kW (170 ch) et moteur asynchrone de 100 kW.
    Sauf que tout la partie commerciale s’est faite sur du « vent ».
    En effet, le premier vrai protoype n’apparaitra qu’au mois de juin 2009, soit 9

    mois plus tard. et ce n’est qu’un proto… Donc, il faut encore valider, homologuer,

    construire… Bref, entre supercherie et rêverie… Certains se feront une raison car Imperia avait annoncé que les premiers exemplaires sortiraient de production au cours du quatrième trimestre de 2009.

    L’argument pour convaincre ? Une nouvelle motorisation électrique doté d’un nouvel ensemble onduleur de 120kW (163 ch) et développant 350 Nm vient doper le moteur thermique.
    Pourtant, la construction du premier châssis n’est confirmée que le 25 novembre 2009. Et encore… Il y fait mention que celui-ci doit encore recevoir les trains roulants, la suspension, la direction et le freinage.
    Survient alors l’étonnant fait du changement de moteur. Le V4, faute de peu de clients d’après le fournisseur d’Imperia, fait place au 4 cylindres en ligne 1.6 turbo et injection directe PSA  de 155 kW (212 ch) qui équipe notamment le coupé RCZ et la Mini John Cooper Works. On est alors le 12 janvier 2010.
    On y croit !
    Quoique puisque des 160 intentions de commande de 2008, le constructeur belge (SIC !) n’en dit plus rien, mais ouvre son carnet à une série de 50 exemplaires nommée GP First Edition !
    Et on n’est pas encore au bout de nos surprises puisque le 10 mars, c’est une nouvelle transmission qui doit équiper le « futur » bolide. Mais sous le couvert d’une demande de brevet, Yves Toussaint n’en dira pas plus.
    A nouveau, le carnet de commande s’ouvre tout en proposant une version épurée de ladite GT en date du 21 avril alors que l’on ne sait toujours pas où sera construite l’auto.
    On en vient donc à se demander si un jour si cette auto sera commercialisée. Preuve en est de par la procédure d’augmentation de capital déclarée le 11 juin afin de se doter des moyens nécessaires à la finalisation des travaux de prototypage. Dans le même temps, le lieu de production est choisi, Sart-Tilman, et le terrassement débute. La première pierre de l’édifice sera posée un mois plus tard.
    Début décembre 2010, il semble que le chapitre prototype soit clos car les préparatifs à la mise en production des panneaux de carrosserie ayant débuté, la première Imperia à l’échelle 1 : 1 depuis plus de 50 ans est dévoilée.
    C’est ce modèle qui sera présenté au public le 22 janvier 2011 lors du week-end « Dream Cars for Wishes » au Salon de Bruxelles.
    Après 3 ans d’attente… On y « re-croit » !
    Imperia engage même, euh… enfin, son Production Manager en mai. D’entrée de jeu, son travail consiste à mettre en place la ligne d’assemblage, de recruter le personnel requis et de gérer la monter en puissance de la future production.
    Cool et on y « re-re-croit » à la Noël 2011 car les premiers essais se révèlent prometteurs.
    On n’est même pas, même plus surpris, lorsque Imperia choisit Francorchamps pour présenter officiellement lors du  SPA Classic – 23 et 24 juin 2012, et en première, le prototype (« re-SIC » !) dynamique de l’Imperia GP.
    Même sentiment lorsque l’on apprend que l’Imperia GT sera à nouveau au Dream Cars for Wishes du Salon 2013.
    On y « re-re-re-croit » puisque la production doit démarrer peu de temps après le salon.
    La « com » se met en place puisque les essais presse débutent et fleurissent ci et là.
    Votre « scriboullard » ayant rencontré et discuté avec M. Yves Toussaint lors d’une soirée d’entreprise organisée par Max25 ne sera pourtant ni convié, ni contacté pour prendre en main cette auto.
    « C’est ballot » comme dirait un animateur très connu puisque le 21 mars 2013, on apprend la construction d’un 3ème châssis.
    C’est peut-être grâce à celui-ci, il sera sur ses roues le 16 novembre, et aux quelques essais presse que Imperia finit par être reconnu constructeur le 4 novembre 2013.
    Vous permettez que je résume ? Merci.
    [brNée en août 2007, commercialisée par deux fois, toujours à l’état de « prototype », Imperia est enfin reconnu constructeur 6 ans plus tard !
    [brMais, allez… On y « re-re-re-re-croit » puisque le 25 juin 2014, on sait que les prototypes de la GT ont subit un an d’essais intensifs afin de valider les solutions choisies.
    Comme chaque fin ou début d’année, on a droit à l’annonce évènement. La présence de l’auto au Dream Cars 2015 ne nous étonne même plus du tout. On ne sait même pas si on doit en rire ou en pleurer.
    Depuis, une seconde tentative de recherche de fonds a échouée et de voir Imperia Automobiles devant les tribunaux avec un passif social conséquent puisque le personnel n’était plus payé depuis des mois.
    Au fait, le prix d’une Imperia GT est de 134.000,00 euros, soit 50.000 de plus que l’annonce de 2008.
    Alors, sincèrement que ce soit Carat Duchatelet, qui était bien mal il y a 4 ou 5 ans, ou Laurent Minguet ou n’importe quel investisseur qui reprenne le flambeau, il le fera au prix fort. En attendant, où sont passés les subsides dont ont bénéficié ces entreprises ? M Yves Toussaint se faisait fort de critiquer ceux qui en recevaient à fond perdu. En attendant…
    On ne va pas jouer aux « Experts Liège », même si on se pose à qui profite le crime. Il suffit de regarder dans les statuts des propriétés des brevets déposés car, eux… ils rapportent ! (photo Imperia Automobiles)Imperia Automobiles - Imperia GT - châssis n° 3 - crédit photo : Imperia Automobiles -

    , , ,

    Les commentaires sont fermés.