Ferrari F12 tdF : en souvenir de la 250 GT Tour de France


  • Publié le mardi,13 octobre , 2015 á 9:41 | Dans la catégorie : Actualités, Ferrari

    Par Patrick Hayot

  • Entre série spéciale, version « collector » et version super sportive, la Ferrari F12 tdF ne laissera en tout cas personne indifférent. Sur le fond, elle fait référence à une de ses aïeules, le 250 GT Tour de France.
    Sur la forme, elle transcende la f12 de « base » pour devenir un bête de course en y mettant le paquet dans les adaptations mécaniques et cosmétiques.
    Ces dernières sont directement visibles et concernent le bouclier avant qui adopte un tout nouveau bouclier intégrant une lame inférieure et ses flaps latéraux. Il adopte aussi de nouvelles écopes de refroidissement pour les freins. Il s’élargit aussi car le train avant adopte désormais des pneus de 275/35, toujours sur des jantes de 20 pouces, mais 10 de large (235/35 et 9,5).
    Son capot avant est lui aussi retravaillé et si il perd la grille d’évacuation de la chaleur du V12 dans le bossage central, c’est pour la bonne cause puisque celle-ci se divise de part et d’autre de ce bossage. Deux écopes de type louvre assurent la même fonction, mais bien plus loin puisqu’elles se situent à hauteur du train avant. Profitant de galbe plus prononcé des ailes, et donc du nouveau capot, elles profitent ainsi du canal d’écoulement d’air revu pour une aérodynamique encore plus efficace.
    Preuve en est avec un flanc revu lui aussi. L’évacuation de la chaleur moteur repasse par le guide noir de l’aile avant, couleur carrosserie sur la Berlinetta, mais se voit percé en partie haute. Si la crosse de hockey reste bien gravée, elle propulse l’air évacué du moteur et des freins vers les 3 écopes de l’aile arrière. Elles ont la même fonction : expulser la chaleur des freins et train arrière. L’inspiration GTO en guise de clin d’œil sympa. Autre importante modification du flanc, l’aile qui s’élargit un peu pour les pneus de 315/30 (305/30 sur Berlinetta) remonte bien plus haute et qui réduit allègrement la vitre de custode à peau de chagrin.
    Le verre, plus lourd, justifie aussi sa réduction au niveau du hayon puisque celui-ci se dote d’ouïes d’évacuation d’air en son sommet de part et d’autre de son nouvel encadrement et vitrage. Cet air tombe sur le béquet qui se veut beaucoup plus proéminent.
    Le bouclier arrière est totalement redessiné. Dans sa partie haute, il isole les blocs optiques
    désormais unit par une barrette noir. Dans sa partie inférieure, il donne la priorité au nouvel extracteur. Inscrit dans un parallélogramme inversé, il magnifie aussi les double sorties d’échappement, elles-même mises en évidence par le coffrage noir dont elles s’extirpent. Pour finir, signalons aussi que l’extrémité de ce bouclier tombe avant plus d’aplomb, très visible latéralement, et le doucereux élément de la Berlinetta.
    Se faisant fi du respect de la lignée, Ferrari ne jure que par une efficacité optimisée de cette F12 survitaminée. Et ça marche puisque le constructeur annonce un gain en appui de… 87% !
    Sous le capot de sa sœur Berlinetta, le V12 atmosphérique de 6,3 litres était déjà le plus puissant du marché. Mais suite au passage par les ateliers compétition, le voilà, raisonnablement, démoniaque puisqu’il développe 29 kW de plus pour atteindre 574 kW (780 cv) au régime identique de 8.500 tr/min. Quant au couple, il gagne encore 15 Nm pour passer le cap des 700 Nm de 5 unités. Par contre, il faudra le faire mouliner un peu plus puisque ce couple culmine à 6.750 tr/min pour 6000 à Berlinetta.
    Plus puissante, plus aérodynamique, F12tdF est aussi plus légère. Elle perd 110 kg, ce qui donne des chronos de plus en plus affolant avec un chrono de 2,9 s pour passer de 0 à 100 km/h et de 7,9 s pour le 0 à 200 km/h, soit respectivement un bonus de 2/10ème et 6/10ème sur la F12berlinetta. Sa vitesse maxi est par contre toujours de 340 km/h.
    Reprenant le système de la LaFerrari, F12 tdF s’arrête au bout de 31 m pour le 100 à 0 km/h et 121 m si vous êtes à 200 km/h.
    Ferrari annonce une production limitée à 799 exemplaires et un prix supérieur à 300.000 euros. (source / photos : Ferrari)

    , ,

    La rédaction vous propose...

  • Niki Lauda… Au nom du père
    Décès – Je laisse le soin à d’autres de faire la nécrologie détaillée de Monsieur Niki Lauda. Je dis...
  • Autoworld – « Ferrari 70 Years », l’expo de l’été !
    Exposition (Bruxelles) – Vous partez en vacance cet été ? Oui… Non ? Qu’importe après tout car vous aurez...
  • F1 – Belgique : Rosberg en pole
    GP13.21 – Qualifications – Toujours aussi prompt, Rosberg place sa Mercedes au sommet de la hiérarchie. Il ne lui...
  • F1 – Belgique : Raïkkönen refait surface
    GP13.21 – Essais libres 3 – La chaleur est toujours aussi écrasante, mais cela n’a, semble-t-il que peu d’influences...
  • Les commentaires sont fermés.