Clio Cup Benelux : pari sur les jeunes


  • Publié le samedi,31 mai , 2014 á 4:29 | Dans la catégorie : Sport

    Par Patrick Hayot

  • Joost Custers officie comme manager de la Clio Cup Benelux 2014. Pour la deuxième course de la saison, il s’est prêté au jeu des questions/réponses quant au retour de cette compétition en Belgique.
    Comment justifier le retour de la Clio Cup en Belgique ?
    D’une part la volonté de Renault de vouloir remettre celle-ci sur pied afin d’atteindre sa cible : les jeunes. D’autre part, il y a la société MDH pour qui je travaille et qui vis-à-vis du constructeur et des importateurs avait l’ambition de gravir l’échellon.
    Gravir ?
    Oui, car la Clio Cup fonctionne chez nos voisins depuis un an. Il était logique d’élargir le champ d’action et de revenir à la formule Benelux comme par le passé.
    Justement qu’en est-il de celui-ci ?
    Après 5 ans d’absence, on ne peut rien comparer. Le produit a le même nom, mais les performances sont déjà tout autre. Quant à  ce qui a causé la disparition de celle-ci, disons que je n’en tiens pas compte car je n’étais pas là.
    Vous avez carte blanche pour donner votre « griffe » ?
    Ce n’est pas une griffe. Je viens du monde de l’enseignement tout en ayant une activité de journaliste automobile chez un de vos confrères (Turbo – NDLR). Mais je suis passionné par le sport auto alors quand j’ai eu l’opportunité de jouer le rôle de coordinateur entre la Hollande et la Belgique, je me suis lancé.
    Il y a une méthode « Clusters » ?
    Je ne sais pas. Par contre, le fait d’avoir été dans des associations de jeunes, d’avoir été dans l’enseignement, je fais tout ce que je peux pour partager, comprendre et aider tous les pilotes afin d’avancer et de grandir ensemble.
    C’est très pédagogique !
    Oui et je pense que c’est bien ainsi. Vous savez, dans le peloton de 20 pilotes réguliers actuellement, je n’ai aucune préférence. Ils sont tous les mêmes. Je n’ai pas le droit de favoriser l’un ou l’autre et je ne le ferais pas.
    C’est votre deuxième course, il y a déjà une tendance qui se dégage ?
    Ils en veulent. Vous savez, on a Michael Bleekemolen qui a 63 ans. Ça fait plaisir et j’ai beaucoup de respect pour ce qu’il est, pour ce qu’il fait. De l’autre côté, il y a des jeunes…
    Des jeunes qui poussent fort !
    Effectivement et cela prouve que le produit convient bien à ceux-ci. Avec cette Clio, Renault propose un cadre idéal d’apprentissage à coût raisonnable… Même si je sais qu’aujourd’hui, la recherche de budget est plus difficile qu’avant. Mais chacun des pilotes présents fait son possible et avec les moyens qu’il a. Je vous le dis : dernier, premier, il n’y a pas de différence. C’est comme si j’avais une classe devant moi… sauf qu’ils sont plus turbulents en piste.
    Comment évaluer vous ces débuts et l’avenir de la Benelux Clio Cup ?
    Très bien. Il y a une vingtaine de voitures présentes, c’est pas mal d’autant que l’on repart de zéro. L’avenir, il est là et les jeunes devraient s’y retrouver. Alors être inclu dans la World Series by Renault, c’est une formidable opportunité de se montrer. Et si j’ai Trois ou quatre voitures de plus l’an prochain, c’est déjà ça de gagner !
    Justement, formidable promo que la Clio Cup Young Talent.
    Je dois bien avouer que Renault tient là, en Régis Gosselin, la preuve qu’un jeune issu du karting et qui fait des sélections via un simulateur est tout à fait capable de jouer placé. Vous savez, Lorenzo Donniacuo est tout aussi capable, deux ou trois autres aussi. Mais ce jour-là, Régis était le plus fort. Et il fait actuellement une excellente prestation !
    Justement le karting 4T, c’est pas la tasse de thé du RACB.
    Stop ! Au RACB, il y a de gens qui bougent. Les choses se mettent en place et je peux vous dire que les jeunes sont une priorité. Je ne peux que les remercier de leur collaboration et de leur soutient à tous niveaux.
    D’où la cohabitation de deux génération de Clio ?
    Oui et non. Il était difficile de demander aux jeunes d’investir tout sur une Clio au budget différent alors qu’il y a encore des modèles de l’a précédente génération en activité. Renault l’a compris, le RACB l’a compris. Bravo à tout deux. Mais je peux vous dire aussi qu’au terme de la première course à Zandvoort, les regards et envies allaient déjà vers la Clio IV. L’an prochain, il se peut même qu’il n’y ai plus de génération 3 au départ. Mais elles sont toujours le bienvenu.
    Renault Clio Cup Benelux Logo 2014Sans le savoir, sans le prétendre, Joost Custers a déjà mis sa « griffe » sur cette nouvelle Clio Cup Benelux. Il suffit de déambuler dans le paddock et de le regarder passer de team en team, de discuter avec les pilotes, l’ambiance est cool et conviviale. Un plaisir. Un plaisir qui peut se prolonger sur la piste au volant d’une Clio aguichante et plaisante à piloter. Qu’attendez-vous ?

    , , ,

    La rédaction vous propose...

  • Régis Gosselin sélectionné par Audi Sport !
    On l’a déjà souligné dans nos colonnes, Régis Gosselin est bien entouré et Dieu sait que sa compte énormément...
  • Clio Cup Benelux : Fin de saison haute en couleurs, Régis Gosselin champion de Belgique
    Depuis seulement 4 mois, le jeune pilote belge Régis Gosselin porte haut les couleurs nationales belges sur sa Clio...
  • Clio Cup Benelux-Zandvoort : Gosselin… avec les honneurs
    Après une première course bien difficile, Régis Gosselin s’est remis en question. Il a aussi modifié quelque peu ses...
  • Clio Cup Benelux-Zandvoort : Chauffe Marcel
    Dans sa lutte pour le titre en Junior, Régis Gosselin se devait d’être devant Loris Hezemans su la grille...
  • Les commentaires sont fermés.