C’est presque sûr : un Belge gagnera le WTCC à Spa !


  • Publié le lundi,16 juin , 2014 á 3:11 | Dans la catégorie : Sport, WTCC

    Par Patrick Hayot

  • La fin du mois de juin marquera le grand retour des voitures de tourisme à Spa. Le FIA World Touring Car Championship y fera son retour pour la première fois depuis 2005 et, depuis, son visage a bien changé. Les voitures ont techniquement évolué et ont aujourd’hui un look plus agressif ; les moteurs 2 litres atmosphériques ont cédés leur place aux 1.6 litres turbo, mais il y surtout d’autres teams d’usines qui se battent pour le titre mondial : Citroën, Honda et LADA. Avec les belges Yves Matton et William De Braekeleer à la tête des équipes française et japonaise en tant que directeurs sportifs, une chose est quasiment sure : un belge gagnera les manches ardennaises du WTCC 2014 ! Interview avec deux passionnés, et aussi un peu « enfants de la région ».

    Les Ardennes belges sont connues comme le fief du sport automobile belge, avec le circuit de Spa-Francorchamps et les Boucles de Spa. Vous rappelez-vous la 1ère fois que vous êtes venus assister à une course dans les Ardennes ? Quel souvenir gardez-vous de cette 1ère rencontre ?
    William De Braekeleer: « Oui, c’était aux 24 Heures de Francorchamps en 1970. Pour moi, les 24 heures étaient l’événement de l’année; je crois en n’avoir manqué que trois ou quatre éditions depuis cette date jusqu’à la fin de sa période « tourisme ». Dans les années ’70, pendant des semaines on s’y préparait avec des copains, on plantait notre tente dans le foret au dessus du raidillon et on faisait le plein d’images, de sons et d’atmosphères pour tenir jusqu’à l’édition suivante. On ne dira jamais assez combien cette épreuve a contribue à l’éclosion de nombreuses passions ainsi qu’à l’émergence d’une réelle « culture tourisme » dans notre pays.
    Yves Matton: « C’étaient les Boucles de Spa en 1988, mais j’ai souvent assisté aux 24 heures également. J’y trouvais une ambiance comparable à celle du rallye, l’esprit d’équipe qui y régnait me plaisait particulièrement. Et la nuit, mes potes et moi en faisions un sport d’accéder à la pitlane, sans laisser-passer, et d’y rester quasi toute la nuit. Mais c’est le rallye qui m’a conduit professionnellement au sport automobile. »
    En tant que spectateur, quel a été le moment, passage d’une voiture ou d’un pilote, que vous n’oublierez jamais ?
    William De Braekeleer: « En 1971, lors des 1000 kilomètres, je me trouvais à l’intérieur du virage de Stavelot. Je n’oublierai jamais la lutte des deux Porsche 917 pilotees par Pedro Rodriguez et Jo Siffert, sans oublier le son des « flat 12 » ! En tourisme, j’ai évidemment l’embarras du choix ; aussi, pour mieux coller à l’actualité, je mentionnerai le passage de Gabriele Tarquini en « full attack » au Raidillon, au volant de la Honda Accord du team VZM lors des essais de nuit des 24h de 1997, qui m’a vraiment impressionné. Il signe la pole à ce moment-là, mais surtout, c’était la première fois qu’une voiture de tourisme passait sous la barre des 2m30s aux essais des 24h, un record que Gabriele détient encore aujourd’hui. Ca, c’est pour l’image, mais elle embellie par l’excitation que Christian Lahaye,- la voix de Francorchamps- a transmis aux spectateurs ce soir-là»
    Yves Matton: « Le passage des voitures de rallye au Gué des Artistes ou à La Clémentine ! »
    L’endroit le plus mythique pour vous à Francorchamps ?
    Yves Matton: « Pas de surprises : le Raidillon, surtout en F1. C’est là qu’on voit la différence entre un simple pilote et un vrai champion. Surtout quand on est assis sur la terrasse du chalet Total (rires). Et de l’autre côté de ce fameux virage il y un autre endroit où j’ai passé pas mal de temps : à la buvette de l’arbre qui tue ! »
    William De Braekeleer: « Le Raidillon bien-sûr, avec comme seul regret qu’il ne soit plus aussi prononcé qu’avant. Le meilleur endroit pour en apprécier toute la magie, à mon avis, se situe à son pied, entre l’Eau Rouge et le flanc de la dernière tribune ; c’est de là que l’on peut juger les talents du pilote et analyser le travail des suspensions, et puis quelle symphonie ! »
    Avez-vous roulé en compétition à Spa ? En quelle année ?
    William De Braekeleer: « Mon premier engagement à Spa remonte aux 24 heures de 1981, qui s’est soldé par une non-qualif ! (rires), mais mes subséquentes participations de ’82 (Golf GTI SAN-Nothelle NDLR) et ’83 (Audi 4000 de Franz Dubois) demeureront à jamais mes meilleurs souvenirs»
    Yves Matton: « Pour moi c’étaient les Boucles de Spa en 1989. Par après, en circuit, j’ai participé aux 24 Heures de 2CV et, plus récemment, au volant d’une Citroën SM au Spa Classic. C’était très chouette et surtout amusant de courir en compagnie de pilotes comme Jean-Michel Martin ; des vedettes qu’on allait voir aux 24 heures de tourisme quand on était jeune. »
    Avez-vous eu des regrets quand vous êtes passé de l’autre cote de la barrière ?
    William De Braekeleer: « Non, pas du tout. A un moment donné il faut faire un choix. Il y a un temps pour tout, et j’en garde de superbes souvenirs. »
    Yves Matton: « Aucun. Lorsque j’ai réalisé que mon niveau de pilotage ne m’emmènerait pas ou je souhaitais aller, je n’ai plus insisté. Maintenant je me sens très bien au sein de cette équipe Citroën, et après tant d’années en rallye je découvre de nouveaux sentiments envers le circuit. Pour moi, cette vie est bien plus enrichissante qu’elle n’aurait pu être si j’avais insisté en tant que pilote. »
    Après 6 rounds en Europe, le WTCC passe « chez vous ». Qu’est-ce que cela vous donne comme sentiment ?
    William De Braekeleer: « Francorchamps doit beaucoup au tourisme et le tourisme doit beaucoup à Francorchamps ; le WTCC à Spa c’est donc immensément logique, c’est faire honneur à l’histoire, c’est un « perfect fit » comme disent les anglais. C’est mon point de vue de belge évidemment, mais je suis convaincu qu’à l’étranger on partage cette opinion.»
    Yves Matton: « Je suis très heureux de voir que les différents acteurs belges impliqués en WTCC ont fait les efforts nécessaires pour que cette course à Spa ait pu voir le jour. J’espère aussi que le public viendra en masse, car le championnat du monde FIA WTCC en vaut la peine. Le slogan du championnat est « Real Cars, Real Racing », de vraies voitures et de vraies courses, est c’est exactement cela : trois constructeurs officiellement représentés, quatre champions du monde FIA qui se partagent pas moins de 15 titres mondiaux, deux courses en une après-midi, des dépassements à en couper le souffle. Vous connaissez un autre championnat qui peut offrir cela au grand public ?  »
    Etant belge, avez-vous un avis particulier à donner à vos pilotes ?
    William De Braekeleer: « Chez Honda, nous avons la chance de compter dans nos rangs « le plus belge » des pilotes WTCC : Gabriele Tarquini en sera en effet à son vingtième départ à Spa dont trois effectués au sein d’un team belge (VZM et ELR). Je vais juste lui demander de travailler un peu son accent, il manque encore un peu de couleur locale. . . »
    Yves Matton: « Je vais simplement leur demander de faire un triplé. »
    Et aux spectateurs ?
    William De Braekeleer: « Venez nombreux ! Ensemble, nous devons confirmer aux organisateurs, au promoteur et à la FIA que Spa est un « must » pour le championnat. J’invite aussi ceux qui ne connaissent pas encore le WTCC à venir ; il y règne une ambiance particulière, avec des paddocks ouverts au grand public, des séances de dédicaces, des pilotes accessibles et, bien sur, un superbe spectacle sur la piste ! »
    Yves Matton: « Et avec les voitures issues de la nouvelle règlementation TC1, il y a vraiment quelque chose de nouveau à découvrir, cela vaut réellement la peine d’assister déjà aux qualifs. Le système du « shoot-out » pour les cinq pilotes les plus rapides a quelque chose de particulier qu’on ne trouve nulle part ailleurs. » (source / photo Francois Flamand / DPPI)

    , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • VW Fun Cup – impressionnante remontée pour la #888 AC Motorsport !
    Franco Fun Festival – Le tant attendu coup d’envoi de l’European VW Fun Cup 2018 a été donné en...
  • VW Fun Cup – Gentlemen (drivers), start your engine !
    Franco Fun Festival – L’European VW Fun Cup est de retour ! En ce week-end de Pâques, les Coccinelles...
  • VW Fun Cup – TT Circuit Assen intègre le calendrier 2018
    Championnat 2018 – Comme d’habitude, Kronos Events annonce rapidement le calendrier de ses manifestations et concernant celui de la...
  • 24H2CV – Victoire confortable de Roustan-Deplanche-Lacoste-Malcause !
    Pour leur 33ème édition, les 24 Heures 2CV de Spa-Francorchamps ont été fidèles à leur réputation d’épreuve d’endurance difficile,...
  • Les commentaires sont fermés.