BGDC-Mettet : Longin-Piessens (BMW, D3) et Semoulin-Semoulin-Jeukenne (Clio, D1) sur le fil !‏


  • Publié le lundi,15 septembre , 2014 á 6:47 | Dans la catégorie : Circuit, Sport

    Par

  • C’est sur le Circuit Jules Tacheny de Mettet que le Belgian Gentlemen Driver’s Club (BGDC) a effectué sa rentrée ce dimanche 14 septembre. Au programme figuraient deux manches de 120 minutes qui ont été synonymes de nombreux rebondissements. Dès les essais, la lutte a fait rage entre les cadors de la Division 3 que sont les BMW M3 E46 #163 de Stienes Longin et Thomas Piessens, #17 de Johan Huygens et Vincent Vandenabeele et #64 de Koen De Wit, qui prenaient place dans cet ordre sur la grille de départ.
    A deux reprises, le combat allait être royal, et les faits de course se multiplier. Se retrouvant un moment en position de force dans la Course 1, Koen De Wit finissait par plonger au fond d’un bac à sable, conséquence d’une panne d’ABS, avant de reprendre le fil de l’épreuve… et d’être victime d’une crevaison en fin de parcours. La nouvelle M3 E46 #64 rencontrait de nouveau des soucis de freins en seconde manche, et devait cette fois en rester là.
    Une situation qui faisait les affaires de la #163 et de la #17, qui pouvaient s’en donner à cœur joie. En dépit d’un aileron arrière en piteux état et d’une fuite d’huile au niveau de la servo-direction sur leur bavaroise, Stienes Longin et Thomas Piessens prenaient la première manche à leur compte, Vincent Vandenabeele s’étant retrouvé trop court en carburant en vue de l’arrivée. Les deux bolides étaient séparés par plus de deux tours au moment du baisser du premier drapeau à damier…
    Un écart apparemment insurmontable… mais le duo Vandenabeele-Hyugens allait éclabousser la seconde course de sa pointe de vitesse. A une vingtaine de minutes de l’arrivée, la #17 prenait un deuxième tour à la #163, mais au bout du compte et au cumul des deux manches, Longin Jr et Piessens parvenaient à préserver leur première place pour 16 petites secondes. Joie chez les uns, frustration chez les autres, et la promesse d’une revanche en lever de rideau des 24h02CV de Francorchamps dans moins d’un mois…
    Derrière les deux bolides de pointe de la D3, Daniel et Loïc Pirot ont connu une journée parfaite au volant de la M3 E36 #141, sur un circuit leur allant comme un gant. Le père et le fils complétaient le top 3 de la division, précédant les réguliers Christian Heck et Gaël Frère (BMW M3 E36 #75) et le bolide similaire du trio Engelen-Van Mechelen-Verbeke. Nettement moins de chance pour leurs adversaires, avec un malheureux forfait pour la M3 E36 #142 de John Rasse, Grégory Rasse et Eric Qvick, victime d’un bris de pont dès les qualifications. Pour Piet Dobbelaere et Kenzi Qvick (M3 E36 #131), c’est une fuite d’huile qui mettait un terme précoce au week-end.
    Semoulin : qu’importe le numéro !
    De suspense, il en a aussi été question en Division 1, dont la Classe D (2 litres) est traditionnellement explosive. Après les ennuis des Renault Clio III #18 (Paul Lejeune et Caren Burton) et #297 (Wiebe Wijtzes et Marc Neyens) dès la manche initiale, la lutte pour la gagne prenait l’allure d’un duel entre les bolides similaires de François Jeukenne, François Semoulin et Benoît Semoulin (#12) d’une part, Gaëtan Hayot et Georges Houyoux (#110) de l’autre. Ces derniers connaissaient une seconde joute plus compliquée qui les privait de toute chance de succès. Du tout cuit pour les frangins Semoulin, désormais associés à Jeukenne sur une Clio #12 transfigurée ? C’était sans compter sur le retour en force de la #297 du Hollandais Wiebe Wijtzes et de Marc Neyens, qui remportait haut la main les débats en seconde manche, pour achever la journée à… 13 secondes de l’implacable trio ! Si les Semoulin ont laissé partir leur traditionnelle Clio #25, ils ont déjà trouvé en Jeukenne et la #12 un excellent moyen de conserver la tête du classement de la Division 1 ! Voilà qui promet…
    Le podium de la Classe D était complété par la Clio #32 de Denys et Emilien Buffet, qui a devancé la Vauxhall Astra Coupé #777 de Michel Plennevaux et Guy Katsers. Un duo qui pouvait prétendre à beaucoup mieux, mais qui explosait son moteur à quelques minutes du second drapeau à damier ! Le bolide britannique est néanmoins classé devant la Clio II #78 de Benjamin Renaud, Olivier Renaud, Joël Houten et Grégory Paisse, qui a assuré le spectacle, tandis que la Clio III #28 de Pierre Dupont, Pierre Zahnen et Angélique Charlier a elle aussi pris le meilleur sur les malchanceux Hayot et Houyoux, au volant de l’ancienne voiture de Michaël Divoy et Patrick Asnong. Ceux-ci, qui ont récupéré l’ex-Clio des Semoulin, ont hélas été impliqués dans un accrochage avec le bolide similaire de Jean-Marc Bourdouch et René Brugmans (#108), tandis que les Honda Civic #23 (Raphaël van der Straten, alternateur), #47 (Christian Franken et Claude Bourgoignie, direction) et #15 (Patrice Lacroix, bris de… baquet) ne voyaient pas le bout de la seconde manche.
    Un kart nommé AX !
    L’incontestable exploit du week-end, c’est sur le compte de la diabolique Citroën AX #333 de Jérémy Princen et Jonathan Peeters qu’il faut le mettre. 7ème du classement général en première manche, 5ème au terme du second exercice, la chevronnée a tout simplement atomisé la Classe C (1600cc), l’emportant confortablement devant les Honda Civic #26 de François Bastien, Rodrigue Gillion et Rudy Thiroux, et #5 de Patrick Van Damme et du jeune Navric De Laet, issu du karting. Moins de chance pour la Honda Civic #48 de Stéphane Lémeret et Maxime Pasture, qui se loupait en seconde manche, tandis que la Suzuki Swift #143 de Charles Peeters et Henri Franken a elle aussi sérieusement revu sa décoration lors de la Course 1.
    Enfin, en Classe E, le forfait de la BMW M3 E36 #077 de Didier Clermont, Christian Deridder et Thierry Grysouille (boîte de vitesses) a laissé la voie libre à la Nissan 200 SX-R #200 de Philippe Lannaux, Marc Huybrechts et Quentin Niclot… du moins en première manche. Car la seconde course de la nipponne prenait rapidement l’allure d’une catastrophe, avec un train avant ouvert suivi d’une réception au fond d’un bac à sable, puis un accrochage endommageant ce même train avant. En dépit de gros soucis d’arrivée de carburant, la BMW 325 #90 de Kenny Boeykens et Kobe Wastiels remportait une nouvelle victoire, devançant une autre 325, la version E30 #113 de Steve Claeys, Eric Delnest et Kurt Bultinck. Un énième succès qui empêchera le duo néerlandophone d’être rejoint avant la fin de la saison, quoi qu’il arrive.
    Prochain rendez-vous BGDC sur le plus beau circuit du monde le samedi 11 octobre, avec une joute de 180 minutes (en une fois !) juste avant le départ de la trentième édition des 24H02CV… (communiqué BGDC / photos J Letihon)

    , , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • 100′ Series – Awards et rideau sur la saison 2018…Cap sur 2019 !
    Remise de prix – L’événement, incontournable, était cette fois organisé dans les infrastructures de ‘The Gate’ à Mont-Saint-Guibert, et...
  • Une RCZ qui lorgne sur le nord
    100’Series 2017 – Le SemSpeed, Champion en titre, n’ayant déjà plus rien à prouver en BGDC, et vu le...
  • Le BGDC évolue en 100’Series pour 2017
    100’Series 2017 – À chaque année, ses nouveautés ! C’est ainsi que l’on assiste à un changement de fond...
  • BGDC 2.7 New Race Festival Zolder – Sluys-Lanting (M3 – D2) et Lambert (RCZ – D1) au bout du suspense !
    Disputée ce dimanche après-midi sur le circuit de Zolder dans le cadre du New Race Festival, la deuxième manche...
  • Les commentaires sont fermés.